Voyage Equateur Amazonie

Voyage en Amazonie, Equateur : La réserve de Cuyabeno ou la biodiversité la plus dense au monde

Si l’on considère sa biodiversité exceptionnelle et ses paysages ultra-variés, l’Equateur est un pays dont on parle peu. La réserve de Cuyabeno, au Nord-Est du pays, est un de ces lieux à l’écosystème unique qui pourtant reste méconnu.

L’Equateur: Le pays aux mille paysages

C’est l’un des plus petits pays d’Amerique du sud. Principalement connu pour les îles Galapagos – un archipel d’îles volcaniques à l’écosystème unique qui constitue la principale attraction touristique du pays – le territoire équatorien cache de nombreux secrets qui ont tout pour faire chavirer les amoureux de la nature.
À tel point qu’on dit du pays qu’il a la biodiversité la plus dense au monde. Il est vrai qu’en voyageant de la côte à l’immense forêt amazonienne, on se laisse halluciner par la diversité de climats et de paysages.

Des volcans géants des Andes (on retiendra, entre autres, le gigantesque Shimborazo et l’intimidant Cotopaxi) au centre historique de Quito, on retiendra un pays fort de nature et d’histoire. Un pays qui, sous une énorme couche de végétation, cache peut-être le paradis…

Le paradis vert de l’Equateur

Si ce n’est le Parc National Yasuni, on entend peu parler de l’Amazonie Equatorienne, qui s’étale à l’est de l’Equateur. Il est vrai que la région de Yasuni a tout pour faire scandale: la découverte de gisements de pétrole dans la région à la biodiversité la plus importante au monde, ça passe rarement inaperçu. On s’est battu pour protéger la forêt tropicale, les écologistes se sont fait entendre, puis on a créé le projet Yasuni ITT.

On a rassemblé des fonds du monde entier pour protéger le parc national.
Ce qu’on ne dit pas, c’est que cette région à la biodiversité la plus dense du monde ne se limite pas qu’à Yasuni: elle s’étend jusqu’à la frontière colombienne, dans une vaste région où la réserve de Cuyabeno constitue un spectacle naturel sans équivalent.

Cuyabeno, ou la magie de l’Amazonie

Avec une surface de 6033,8 km2, la Réserve de Cuyabeno offre une vaste faune et flore que les touristes peuvent observer grâce à l’écotourisme. On ne plaisante pas avec l’écologie à Cuyabeno! Les quelques éco-lodges (« hôtels écologiques ») installés dans la réserve depuis les années 1990 doivent fonctionner au vert. Le Tapir Lodge est le premier éco-lodge à avoir ouvert ses portes en 1996, en offrant l’électricité grâce à des panneaux solaires et des activités extérieures respectueuses de l’environnement, idéales pour découvrir la forêt tropicale de l’intérieur.

Les éco-lodges sont le seul moyen de voyager à l’intérieur de la réserve. Avec des guides spécialisés, il est possible d’y rester quelques jours afin d’y observer les quelques 550 espèces d’oiseaux, 350 espèces de poissons, 12 000 espèces de plantes et bien plus encore…

Les yeux de l’observateur

Les possibilités d’activités à Cuyabeno sont innombrables, mais les randonnées dans la forêt tropicale sont incontournables, de jour comme de nuit. La nature est imprévisible et la jungle change d’un jour à l’autre: il est donc impossible de savoir ce qui va apparaître en avance. Les aventuriers doivent être à l’affût et garder les yeux grands ouverts pour espérer ne rien manquer. Si Cuyabeno est un paradis pour les ornithologues en herbe, c’est aussi l’habitat de créatures plus rares, comme le dauphin rose de l’Amazone ou le majestueux jaguar.

On y observe également des espèces de plantes endémiques de la région. C’est surtout le cas dans les forêts inondées, comme celle de la « Laguna Grande », le lac le plus prisé de la réserve. Au coucher du soleil, les lumières se reflètent sur l’eau, offrant un spectacle magique et sauvage.

Chamanes, Yuca et Piranhas

Le canoë motorisé est le plus souvent utilisé pour se déplacer dans la réserve, mais le canoë « Quilla » est aussi possible. En voyageant en amont, on atteint le village indigène de Puerto Bolivar. On peut y observer comment la communauté locale prépare le pain « Cassave », spécialité locale à base de Yuca. Si la découverte des traditions locales ne suffit pas, il est fascinant de rencontrer un chamane pour converser et en apprendre plus sur les croyances et coutumes locales. Quatre communautés indigènes habitent la réserve: siona, shuar, cofan et secoya.

Informations pratiques

Entre deux déplacements en canoë, on peut piquer une tête dans le fleuve (sans aucun danger) ou s’adonner à la pêche au piranha. C’est aussi ça, Cuyabeno: le goût de l’aventure et de l’inattendu, dans un lieu éloigné du stress et de la pollution.

Les éco-lodges de la réserve de Cuyabeno disposent de sites internet de qualité et de guides polyglottes. Les séjours à Cuyabeno se font par programmes (en général 4, 5 ou 7 jours), et les activités varient en fonction de ceux-ci mais aussi des souhaits des visiteurs. Compte tenu de la localisation de la région, il n’y a ni internet ni réseau téléphonique dans la réserve (les lodges disposent néanmoins de téléphones utilisables en cas de situation particulière).

L’hébergement comprend le déplacement au sein de la réserve et la restauration.

Comment y aller : Pour se rendre à Cuyabeno, il est nécessaire de partir de Quito, la capitale de l’Équateur. Depuis Quito, il faut rejoindre Lago Agrio (Nueva Loja): 8 heures en bus ou 30 minutes en avion. De Lago Agrio à « El Puente » (l’embarcadère), un transport privé est organisé par l’éco-lodge choisi (2 heures de transport). Enfin, un canoë motorisé est utilisé pour se rendre à l’éco-lodge (2 heures de canoë motorisé jusqu’au Tapir Lodge, par exemple).

Météo : La saison pluvieuse est marquée d’avril à juillet, suivie par une saison mixte de pluie et de sècheresse d’août à novembre, puis par une saison sèche de décembre à mars. Il n’y néanmoins pas de saison particulièrement recommandée pour se rendre à Cuyabeno, puisque le voyage est envisageable quelle que soit la période, avec une atmosphère variant en fonction de la saison.

Sécurité: rien à signaler dans la réserve. Malgré la proximité de la Colombie, l’endroit reste calme. Pas de paludisme

Et vous? Quelle expérience avez-vous vécu dans un hotspot de la biodiversité? Que pensez-vous du concept d’écotourisme dans ce type d’endroit?

  

A propos de Timothy Dhalleine

Passionné de longs voyages et de randonnées hors des sentiers battus, j'ai eu l'opportunité de découvrir l'Espagne, l'Australie, l'Équateur, le Perou et le Sri Lanka durant plusieurs mois. Je voyage dans un but précis: vivre l'aventure en comprenant les enjeux écologiques d'aujourd'hui pour mieux y trouver des réponses.

Cet article vous a plus ? Cliquez sur l'icône ci-dessus pour voter pour l'auteur ! Les articles ayant reçu le plus de votes seront publiés dans We Travel et leurs auteurs pourront être rémunérés !

Préparez-vous à tomber amoureux de Valparaiso, au Chili
Le festival des chars décorés Hakata-Yamasaka à Fukuoka
Quelles chaussures de voyage choisir avant de partir ?
Comments
3 Responses to “Voyage en Amazonie, Equateur : La réserve de Cuyabeno ou la biodiversité la plus dense au monde”
  1. Istanbul dit :

    L’Equateur est injustement sous-estimé par rapport aux autres pays de la région, c’est bien dommage. L’écotourisme est une bonne initiative dans ce cadre à mon avis.
    Istanbul vient de publier Musée des Beaux-Arts (Resim ve Heykel Müzesi)My Profile

  2. Merci beaucoup pour ton article, c’est dans mes plans pour le mois de Novembre, j’ai hâte !
    MybubblesWorld vient de publier Péninsule de Kenaï – HomerMy Profile

  3. Laura dit :

    Ça me fait rêver :)

Leave A Comment

CommentLuv badge